erotique gratuit
erotique gratuit

erotique gratuit

erotique gratuit

Membres présentement en ligne

Je me suis inscrite sur Jalf, un site erotique gratuit en grande partie sans savoir précisément ce que je cherchais. Sage depuis des mois, sans aucun amant, et m’y faisant ma foi très bien, m’occupant de mes chats et de ma petite maison, et me concentrant sur mon métier.
Et puis, fin avril, au cours d’une semaine de vacances, cela m’a repris : Des envies de voir et de me montrer, de sentir monter le désir et le plaisir, des envies aussi de vivre des expériences intéressantes et nouvelles.
C’est vrai que sur Jalf, quand on est une femme et que l’on met quelques photos, les sollicitations viennent vite ! Le tout était de faire un choix, ou plusieurs… de faire le tri entre les fantasmes avoués ou non, la peur de l’inconnu, le désir de passer à autre chose.


J’ai vite compris que je pouvais me cantonner à la caméra, vite compris aussi que jouir seule n’était pas ce que je recherchais, qu’il me fallait du réel. Dans la vie, ce n’est pas facile de trouver un homme qui plaise sans passer des jours et des jours à s’approcher, se jauger et se juger. Sur Jalf, quelques clics, et l’affaire est faite, à condition que je ressente outre l’appel du corps, une certaine intelligence et aussi une orthographe correcte …
Grâce à ma courte annonce, beaucoup de gens ont pris contact, mais j’ai très vite été attirée par ceux qui me parlaient de soumission : Ceux qui prétendent guider une femme quelconque dans tous les aspects de sa vie pour en tirer le diamant qui sommeille en elle, la révéler à elle-même et aux autres, la faire grandir par la découverte de tous les plaisirs, dans la respect et la confiance mutuelle exacerbée …
Je me suis beaucoup renseignée sur le net, sur la fessée, le bondage, et toutes les pratiques cérébrales ou non qui font la soumission au fil de l’ô.

Moi qui suis sage et parfaitement inculte de beaucoup de ces plaisirs, j’ai ressenti un état d’excitation extrême à vouloir vivre plus.
Avec un prétendu Maître, j’ai appris le contrat d’appartenance, j’ai rempli un questionnaire, difficilement il est vrai, tant ces pratiques me paraissaient inaccessibles et ô combien excitantes…
Je l’ai rencontré une fois, et il faut bien dire qu’il m’a déçue, tant physiquement que dans son rôle de maître. Il m’avait vanté une certaine maîtrise de lui, un sang froid à toute épreuve, et en fait de progressivité dans une relation à long terme, j’ai eu l’impression d’être fouillée sans ménagement par tous les orifices par un homme qui a pris son plaisir sans m’en donner beaucoup.


Exit donc, ce « maître » ! Je gardais et garde ce fantasme de soumission, me disant qu’il me faudrait cette fois prendre mon temps et mon mal en patience avant de pouvoir être certaine de construire une relation de confiance et de respect…
Dans mes nombreux messages, j’ai découvert celui d’un couple qui cherchait une compagne de jeu.
Moi, bi ? Allons donc !! Mon « maître » m’avait persuadé d’accepter dans nos jeux la présence « ponctuelle de tiers », mais je lui avais dit que je n’étais pas prête à toucher une femme, attachée que je suis à l’hétérosexualité, aux convenances et aussi à la pureté d’une relation entre deux personnes, tous adultes qu’ils soient.

Mais le fait d’avoir coché « oui » dans la colonne acceptation, après réflexion rapide, m’avait fait prendre conscience que plutôt que du rejet pur et simple, il s’agissait tout bonnement de peur de l’inconnu.
J’ai donc répondu à ce message, assez sèchement il est vrai, car l’homme avait trente ans et moi plus de quarante. Je ne suis pas fière de mon corps, j’en suis même assez complexée, et si je n’ai pas atteint encore l’âge limite, je me sentais trop vieille pour expérimenter avec un plus jeune des plaisirs inconnus.
Oui, mais sa compagne avait également plus de quarante ans, ce qui piqua ma curiosité …
Nous parlâmes un peu sur msn, il sut me plaire, m’expliquer sans me faire peur que tout était une question de feeling, de rencontre, que rien n’était acquis et que je pourrais faire demi-tour lorsque je le voudrais.

Rendez-vous fut pris chez eux le soir même, et je pris la route avec une bouteille de champagne, me gourmandant de ma folie à faire des kilomètres pour rejoindre de parfaits inconnus dont je n’avais vu que des photos, lesquelles m’avaient fait également découvrir qu’elle était finalement aussi « quelconque » que moi (dans le sens où elle n’avait ni 10 kg de moins, ni un corps de rêve), et que lui était noir…
Il m’attendait sur le coin de sa rue, grand, mince, assez racé. J’avais mis une robe sur mon body fétiche, et des bas résille dans lesquels je me sentais assez femme, mais aussi assez décalée.

Il était habillé d’un pantalon noir et d’un sweat-shirt.
Elle nous attendait dans l’appartement. Un minois intéressant, quelque chose qui m’inspirait de la confiance, un physique en rapport avec le mien.
Nous nous sommes assis autour de la table et avons trinqué à notre rencontre, parlé de nos métiers respectifs. Très vite, j’ai appris qu’ils ne se considéraient pas comme un couple dans la vie, mais libertins à la demande de Monsieur, avec l’aval de Madame qui comprenait sa liberté à lui comme étant essentielle. Chose que ma pauvre cervelle a du mal à concevoir, mais que j’admis comme étant leur histoire.


L’homme me fit brusquement me lever, pour enlever ma veste … et me laissa reprendre la conversation qui tourna très vite sur leurs fantasmes et leur expérience en sauna. Je parlais, ils parlaient, nous avons ouvert une autre bouteille et sorti les biscuits apéro.
Et puis il me demanda à nouveau de me lever, et demanda à sa compagne de se placer juste devant moi, tandis que ses mains me tenaient pas les épaules puis descendirent sur la taille en m’amenant vers lui.
Elle m’enlaça, m’embrassa le visage, puis baisa mes lèvres en plaquant son corps contre le mien. Immédiatement, ma langue s’aventura dans sa bouche, et nous échangeâmes un vrai baiser …
Doux, si doux, si intime et si naturel !
Je fis la réflexion qu’il me manquait quelque chose d’habituel entre ses jambes, et avec un petit rire, elle me fit pivoter vers lui, tandis qu’elle continuait l’exploration de mes formes.

Cette fois-ci, j’étais en quelque sorte en terrain connu, et la bosse que je sentais contre mon pubis tandis qu’il me prenait la bouche. Mes mains l’abandonnèrent vite pour aller sentir ses seins qu’elle pressait contre mon dos. Je tournai la tête pour qu’elle puisse à nouveau m’embrasser. Je sentais leurs mains partout sur mon corps, et je les voyais aussi échanger entre eux des gestes tendres.
Ils avaient ouvert la fermeture zippée de ma robe et je la fis glisser d’un coup : j’étais maintenant en body-string et en bas résille devant eux, entre eux …
Sans doute parce qu’il ne fallait pas perdre un instant et ne pas troubler la magie, ils m’entraînèrent vers leur lit.

Il enleva le haut, et je pus découvrir cette peau lisse d’ébène dont j’embrassai les tétons.
J’ignore comment ils se sont déshabillés, car chacun de nous explorait le corps d’un autre et de l’autre par des baisers, des coups de langue et des caresses.
Elle pris son sexe dans sa bouche, et je la rejoins sans réfléchir, tandis qu’il nous caressait. Elle me laissa la place, tandis qu’elle posait la main sur mon pubis, qu’il joignait sa main à la sienne, et qu’ils s’embrassaient.
C’était naturel, doux, excitant et paisible à la fois. Rien de la vulgarité ni de la bestialité tant redoutée.


J’avais envie de les voir faire l’amour, mais ils ne voulaient pas m’abandonner, et je ne pouvais pas ne pas les toucher. Elle mouillait beaucoup, son sexe à lui était long, et dur, et tellement tentant !
J’ai goûté à sa sève et elle à la mienne. Je me suis dit que ce n’était finalement pas si compliqué, mais j’avais envie de lui faire plaisir, sans savoir vraiment comment m’y prendre.
Elle me fit mettre à cheval sur elle, lui derrière moi. Je sentais ce sexe tendu contre mon cul, j’avais envie qu’il s’y enfonce, j’avais ses seins à elle devant moi, et j’embrassais l’un après l’autre.

Sans le chercher, je la fis jouir en me frottant contre son pubis, parce que son sexe à lui se pressait contre mes fesses. Alors je le repris dans ma bouche, tandis qu’elle nous regardais paisiblement…
Plaisir, plaisirs nouveaux de regarder, sentir, toucher plus qu’un corps à la fois …
Peu de temps après, elle nous dit qu’elle souhaitait s’endormir, qu’elle s’était levée tôt, qu’elle était fatiguée. Nous étions à trois dans ce lit, lui au milieu. Je ne pouvais pas empêcher mes mains et mon corps de se tendre vers lui, il me murmurait des mots évocateurs de plaisirs, me disait tout le désir qu’il ressentait encore…
Elle s’était endormie, nos murmures l’ont réveillée, et déstabilisée.


Elle est partie marcher, dans la nuit, après nous avoir embrassé et dit qu’il n’y avait rien de grave, mais qu’elle avait besoin de penser un peu.
Nous n’avons pas réfléchi de suite, nous avons laissé parler nos corps. Il a trouvé un tube de lubrifiant, et il m’a prise doucement dans cet orifice que j’ai tant de mal à laisser investir. Petit à petit, il est entré, mon anus s’est dilaté en confiance tandis que je me caressais pour lui …
Aucune arrière pensée, que du plaisir doux, de la complicité. Une belle rencontre erotique gratuit grâce à JALF.

erotique gratuit et plus encore sur JALF


h cherche h femme poilue rencontrer femme qui aime la sodomie rencontre forum sans culotte rencontre Limousin rencontre libertines rencontres Corse annonces rencontres érotiques rencontre exhib

Tous droits réservés - Réalisations TrémaR Inc. 2000-2010